La sécurité en hauteur en entreprise

La sécurité en hauteur en entreprise

Le travail en hauteur implique la mise au point de protocoles de sécurité très précis, concernant aussi bien les hommes que les équipements. Un respect scrupuleux de la règlementation en vigueur et une vigilance constante sur la mise en œuvre des dispositifs de sécurisation permettent un encadrement satisfaisant du travail en hauteur.

Des équipements assurant la protection collective des hommes

Concernant les travaux en hauteur temporaires, le Code du travail prescrit l’utilisation de plans de travail conçus pour assurer la sécurité des travailleurs. C’est ainsi que, entre autres dispositifs de protection collective, des garde-corps intégrés doivent être installés. Par ailleurs, les échafaudages prévus pour la réalisation des travaux doivent répondre à des normes très précises, prévues par le Code du travail et conçues pour assurer la protection des travailleurs. Des entreprises comme VERTIC, spécialisées dans la mise en place de produits de sécurité en hauteurs peuvent vous aider à vous sécuriser. La charge totale, la hauteur du plancher de travail ou encore la pose de stabilisateurs sont précisés, avec d’autres points, par la réglementation. D’autres dispositions concernent les nacelles élévatrices. Quant aux échelles et escabeaux, ils sont en principe interdits. Ces dispositions sur le travail en hauteur s’appliquent notamment aux passerelles, aux cuves et réservoirs ou encore aux toitures.

Assurer la protection individuelle

A côté des dispositifs de protection collective, il existe des équipements de protection individuelle. La sécurité en hauteur est ainsi assurée par des harnais, qui doivent être adaptés à la morphologie de leurs utilisateurs et leur garantir un parfait maintien. Cet équipement doit en outre être conforme à la réglementation européenne et à la norme en vigueur. D’autres normes européennes réglementent avec soin la conception des divers dispositifs antichute. De même, les systèmes d’ancrage, qui doivent retenir le travailleur dans sa chute, obéissent à des spécifications techniques très précises. La réglementation européenne impose en particulier de prévoir des ancrages intermédiaires si les travailleurs concernés doivent se déplacer sur le plan de travail. Un casque de protection avec jugulaire doit bien entendu faire partie de l’équipement quotidien des travailleurs.

Une formation rigoureuse du personnel

La sécurité en hauteur dépend aussi de la formation des hommes. Ils doivent connaître parfaitement les consignes de sécurité et les gestes qui pourront assurer leur protection. Les personnes amenées à porter les équipements de protection individuelle ont ainsi l’obligation de suivre, de façon régulière, une formation spéciale. Elle leur permet de bien connaître les particularités de leur matériel et de l’utiliser correctement. Par ailleurs, la conduite et l’utilisation des nacelles élévatrices ne sont confiées qu’à des personnels hautement compétents. Avant de prendre leurs fonctions, ils devront passer les épreuves d’un certificat d’aptitude spécial, qui mesure leur capacité à manœuvrer en toute sécurité des engins de chantier.

La prévention et la vérification des équipements

D’une manière générale, le respect de l’ensemble de ces règles de sécurité doit être assuré par un coordonnateur de Sécurité et Protection, nommé par le maître d’ouvrage. Un dossier d’intervention ultérieure sur l’ouvrage examine en outre la manière dont les interventions en hauteur seront, une fois le chantier terminé, menées à bien. Par ailleurs, plusieurs arrêtés précisent les conditions dans lesquelles les équipements individuels et les échafaudages doivent être contrôlés régulièrement.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *