Les destinations Antilles et République dominicaine, mises à mal par le virus Zika

Les destinations Antilles et République dominicaine, mises à mal par le virus Zika

Le tourisme aux Antilles et en République dominicaine souffre de la présence du virus Zika. Depuis le mois de janvier, ces destinations enregistrent une baisse respective de 3% et de 24% des réservations.

Depuis janvier, les départs français pour les Antilles ont chuté de 3%. Pour la République dominicaine, cette baisse est estimée à 16% rien que pour le mois de mars. Le cumul se monte à 24% depuis le début de l’année. Pour le syndicat des agences de voyages (Snav), ce repli de l’activité est fortement lié à la présence du virus Zika.

En matière de réservations, le carnet de commandes pour la destination République dominicaine ne se présente pas mieux, et fait état d’un repli de 9%. En nombre de passagers, pour le mois de mars, la République dominicaine demeure malgré tout la destination long-courrier privilégiée par les Français devant la Thaïlande et les États-Unis.

Pour la destination Antilles françaises, après un recul de 3% en cumulé depuis le début de l’année, la tendance est actuellement à la reprise. Les départs connaissent une progression de 6%. Quoi qu’il en soit, comparé à la même période de l’année dernière, le carnet de commandes accuse toujours un écart négatif de 41%.

En ce qui concerne les autres destinations, les touristes français se détournent du Maghreb et de la Turquie, et s’intéressent davantage à la Grande-Bretagne, le Cap-Vert, l’Espagne, ou encore le Portugal. Les départs pour le Maroc et la Tunisie enregistrent respectivement une baisse de 25 et 51%.

Globalement, les départs français ont chuté de 5,6%, toutes destinations confondues. D’après le baromètre mensuel du Snav, pour le mois de mars, le nombre de passagers a baissé de 3%. Les réservations sont en repli de 8,3% comparées à la même période de l’année dernière.

Emballements médiatiques

Le président fondateur du réseau TourCom, Richard Vainopoulos, attire pour sa part l’attention de tous sur le climat de peur engendré par les emballements médiatiques concernant la présence du virus Zika dans cette zone et son impact sur le tourisme. Le cas du virus Zika est d’ailleurs loin d’être un cas isolé : « Comme la grippe aviaire, comme le SRAS, le virus Zika est à mes yeux un exemple parfait de l’emballement médiatique dans ce qu’il a de pire et de plus irresponsable… »

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *