Artisan électricien, un métier peu connu

Artisan électricien, un métier peu connu

Le terme « artisan » a généralement une connotation péjorative,  l’artisan électricien, encore plus. Pourtant, il s’agit d’un métier beaucoup plus intéressant que certains métiers dits « d’entreprise ». Le public conçoit tellement mal le métier que rares sont les jeunes en quête  d’orientation scolaire qui se projettent dans cette direction.  Mais en fouillant, on se rend très vite compte que le métier du bâtiment offre bien plus de perspectives que cela ne parait.

Artisan électricien, un métier plein d’avenir

À la base, être artisan électricien comme celui-ci implique la conception, l’installation, l’entretien et le dépannage des équipements ou réseaux électriques tels que les prises ou les câbles. Il est aussi habileté à installer, à entretenir les équipements d’éclairage, de chauffage ou encore de climatisation. En raison de ces compétences, l’artisan électricien est très souvent considéré comme un dépanneur. Cependant, en cas de spécialisation, ses prérogatives peuvent s’élargir.

En effet, l’artisan électricien peut se spécialiser dans l’installation et la maintenance d’alarmes et autres installations de surveillance. Une spécialisation en développement durable peut lui permettre d’acquérir des compétences en installation d’antenne photovoltaïque, de panneaux solaires ou encore d’éolienne.

Le secteur des objets connectés s’est largement développé ses dernières années. En la matière, plusieurs de ces objets permettent de réaliser des économies d’énergies substantielles. Leur installation requiert des compétences en électricité que seule une spécialisation permet d’acquérir.

Ainsi, autant le métier d’artisan peut englober plusieurs sous-compétences, autant il peut concerner la spécialisation dans un domaine précis.

Artisan électricien auto entrepreneur, chef d’entreprise ou carriériste

Très souvent, le métier d’artisan électricien est un métier d’autoentrepreneur. Le professionnel exerce de façon indépendante son métier dès qu’il est sollicité. Son statut lui permet bien entendu de profiter des mêmes avantages ou presque que n’importe quel autre employé salarié. Il cotise au Régime Social des indépendants, il perçoit des indemnités sociales. S’il s’agit d’une femme, elle peut jouir de congés de maternité.

La suite la plus logique dans le développement de votre parcours d’autoentrepreneur est le changement de statut. Vous pourrez passer au statut de chef d’entreprise en vous lançant dans la création une société ou d’un établissement. L’expérience acquise pourra être valablement mise à profit pour former une équipe et gérer votre entreprise. Une formation en gestion pourrait être nécessaire pour vous permettre de comprendre comment gérer un groupe d’hommes et une entreprise de plus grande taille.

Si le passage du statut d’autoentrepreneur à chef d’entreprise semble trop brusque pour vous, il vous reste toujours l’option de la carrière. Être engagé dans une entreprise spécialisée vous permettra d’acquérir encore plus d’expériences. Vous pourrez alors passer de simple agent de terrain à chef d’équipe.

Related posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *